Le focus stacking

On peut traduire cet anglicisme par « empilage de photos ». Mais à quoi cela peut-il bien servir ?

 

 

 

Nous avons vu que la macrophotographie imposait une très faible profondeur de champ. Il est donc impossible de réaliser une image complètement nette d’un sujet, si celui-ci est plus grand que la zone de netteté offerte par l’objectif utilisé et le grandissement recherché.

Je vous propose un exemple avec une fleur de passiflore que je souhaitais représenter de dessus pour une image tout en symétrie. L’objectif utilisé est un Nikon 105 mm macro qui permet une profondeur de champ en macro supérieure au LAOWA 25 mm par exemple. Mais elle reste largement insuffisante pour couvrir toutes les « strates » de cette belle fleur.

Si je veux une illustration parfaite de la fleur, la solution est d’utiliser un empilage de photographies.

 

 

L’appareil photo et son objectif sont fixés sur un pied lourd et stable. En fonction de l’ouverture choisie et de la profondeur de champ résultante, il faut réaliser x photographies en décalant la mise au point de chacune d’elles dans le même sens. Pour obtenir la photo finale, j’ai réalisé ici 5 photographies en décalant la mise au point de quelques millimètres.

 

Plusieurs logiciels existent pour traiter ces photos, les empiler et ne conserver que les parties nettes de chacune :

  • Zerene Stacker, payant
  • Hélicon Focus, payant
  • Combine ZP, gratuit
  • Photo Acute, payant
  • Photoshop, Payant
  • ...

 

 

Un autre exemple est réalisé avec un LAOWA 25 mm dont la profondeur de champ est de l’ordre du millimètre. Le sujet est une très petite vis de réglage entourée d’un ressort. L’appareil photo et l’objectif sont fixés sur un rail micrométrique Velbon, lui-même vissé sur un pied. Un tour de la molette déplace l’ensemble, optique + reflex, de 2,5 mm. Il a fallu 13 photos pour le résultat final. Il en aurait fallu encore plus si j’avais voulu obtenir une netteté complète, mais j’ai choisi de laisser un peu de flou.

La photo du centre est une des 13, la photo de droite est le résultat final.

Le focus stacking est souvent utilisé pour la photographie commerciale de petits objets, des lunettes par exemple, afin que le produit soit présenté entièrement net. Pour être exact le résultat n'est plus une photographie, mais une illustration.

J'ai eu l'occasion de rencontrer à plusieus reprises Philippe Martin, naturaliste et auteur de livres de nature, qui utilise de manière remarquable ce procédé pour la photographie d'insectes, reptiles, etc. vivants, dans leur milieu naturel. Si vous allez dans une librairie, cherchez les livres "Hyper Nature", ils sont magnifiques.

C’est la fin de ce billet. Destiné aux débutants dans la matière, j’espère qu’il aura répondu à vos attentes et qu’il vous aidera à faire vos premiers pas en macrophotographie ou à progresser si vous vous êtes déjà essayé dans ce passionnant domaine de la photographie.

 

Retour à l'accueil.